Quelques pensées sans aucune transition.

* Je crois que j'ai oublié de vous parler d'une de mes lectures, mais je ne me souviens plus laquelle (et je n'ai pas envie de prendre le temps de chercher).

* Les travaux dans mon chez moi avancent. Pas aussi vite que je voudrais, mais ça avance. Il ne me reste plus qu'à poser le sol dans ma chambre aux murs couleur lait fraise et ce sera une pièce terminée. Les deux couches sont posées dans le salon, il faut maintenant que je peigne les encadrements de portes et de fenêtre en blanc (et que je pose le sol, mais ce sera en dernier). 1 couche a été posée dans l'entrée, et j'ai encore tout le bureau à peindre. J'ai fait des demandes de devis pour ma salle de bains... J'ai hâte d'emménager !

* Facebook. Argh. J'adore Facebook. Ca fait plus de 10 ans que j'y suis (décembre 2014 très exactement) et il fait partie intégrante de ma vie. J'aurais énormément de mal à m'en passer. Alors forcément, en 10 ans, j'ai pris des habitudes. Notamment celle de poster des statuts à tout bout de champ. Pas que je sois particulièrement exhibitionniste, non. Je le fais même plus pour moi que pour les autres, comme un mini-blog finalement. Oui mais voilà. Sur Facebook, il y a les autres. Et c'est là que le bât blesse. Quand je demande un conseil, je suis contente d'avoir des réponses (quand j'en ai... et quand pour de bon j'en ai, la moitié sont à côté de la plaque et répondent à une question que je n'ai pas posée...). Mais quand je ne demande rien, quand je ne pose pas de question, ben, c'est un concept qui va vous étonner hein, mais je n'attends pas de réponse. Dingue. Et surtout pas de réponse qui me donne un conseil après coup. Alors je bous. Je peste. Je râle. Et j'essaye de me calmer avant de répondre de façon diplomate. Alors qu'en gros j'ai envie de dire : je ne t'ai pas demandé ton avis. Et encore moins un conseil que je ne peux pas appliquer parce que c'est trop tard. Et puis si vraiment ça t'intéresse, ben au lieu de conseiller, tu peux proposer d'aider, c'est bien plus constructif. If you're not my dad, a pro or someone I've actually seen in the last 6 months, then I don't need your input. Oui, il faudrait que j'arrête Facebook, parce que ça me met la rate au court-bouillon. Il faudrait. (et par contre, quand j'ai VRAIMENT besoin d'aide, genre comme la semaine dernière - voir billets précédents - ben là y'a plus personne...)

* oui, je suis amère, concernant mes "amis". Ce retour au bercail m'aura appris qui le pensait vraiment quand ils me disaient "tu verras, tu ne seras plus seule quand tu seras rentrée". Oui, j'ai vu. Dans un sens je comprends : nous n'avons plus grand chose en commun. Ca n'empêche ça fait mal. J'apprends à passer outre. A me détacher.

* j'essaye, après ma grosse déprime des deux dernières semaines, de reprendre pied petit à petit. Mine de rien, les travaux, ça aide. Quand je bosse, j'ai pas le temps de cogiter, j'ai pas le temps de me faire chier, et ça me vide l'esprit. Je mets la musique à fond, je chante, je danse, ça va mieux. J'ai compris ce qui avait déclenché cette déprime (l'idée que cet appartement représentait pour moi la dernière grosse étape de ma vie d'adulte - puisque comme je disais, pas de pacs / mariage / vie de couple ou enfant en vue, donc pas de petits-enfants non plus), et je suis à la recherche d'un nouveau projet. Une nouvelle grosse étape à franchir, pour me remotiver et oublier l'idée horrible que plus rien ne m'attend (pas de messages du genre "mais si enfin tu ne sais pas ce que la vie te réserve, bien sûr que tu vas trouver qq1 etc etc" : je le prends comme du mépris de ce que je ressens, comme une non validation de ce que je suis, et ça ne fait pas du tout avancer le schmilblik.). Je réfléchis et je vais trouver. J'ai une idée qui germe, enfin, j'ai des prémices d'idée qui germent. On va voir où ça va me mener.

* Si tout va bien, demain je commence enfin l'apprentissage de la langue des signes. J'ai hâte !!! C'est assez cher (265€) mais j'ai vraiment trop envie depuis un bon de temps maintenant. Et en plus, depuis que j'ai décidé de prendre de cours, je trouve que je suis de plus en plus entourée de gens qui la pratiquent, ou de références, c'est assez bizarre.

* J'ai appris que mon propriétaire avait lancé une procédure judiciaire contre l'ancien locataire (mon prédécesseur quoi) pour une histoire de papier peint. J'ai peur à ma caution et à mon état des lieux de sortie. Et dans la foulée, ma voisine du dessous (dans mon nouveau chez moi dans lequel je n'ai pas encore emménagé vu que je fais les travaux)(vous suivez) est venue toquer chez moi pendant que j'étais au boulot et que mon papa bossait chez moi pour prévenir qu'elle avait une infiltration d'eau dans la cuisine. A priori, ça viendrait de quand l'ancien propriétaire a déménagé et qu'il a enlevé son lave vaisselle : le tuyau de vidange s'est déversé dans une fissure qui a donc coulé jusqu'à chez la voisine. Super. Donc j'ai pas encore emménagé que je dois déjà contacter l'assurance. Ce que j'ai fait et bon, rien de grave quoi. Mais pfff, ça commence bien ! J'ai eu un coup de stress !

* Dans mon immeuble vit une nana avec laquelle j'étais à l'école primaire ! Comme d'hab, elle ne m'a pas reconnue. Je dis comme d'hab parce que c'est récurrent que les gens avec qui j'ai bossé (même 5 ans) ne me reconnaissent pas quand je les croise dans la rue. Combien de fois je suis allée toute souriante saluer un ancien collègue pour le voir me regarder l'air interdit de celui qui se demande "c'est qui celle-là ?". Du coup maintenant je ne vais plus dire bonjour : je préfère être impolie que de me sentir invisible.

* Peplum, ça a l'air trop pourri !

* Comme certains d'entre vous l'ont vu sur la page FB du blo (ici), j'ai annulé mon rdv chez le nutri. En revanche je n'ai pas encore appelé la comportementaliste. J'essaye de me motiver. Anxiété anxiété.

* C'est tout, pour le moment :)